Supplique à Jean-Luc Mélenchon (après la nouvelle défaite de la France Insoumise à la législative partielle en Essonne)

Supplique à Jean-Luc Melenchon

Cette nouvelle défaite électorale en Essonne – car quel que soit l’angle par lequel on l’appréhende, c’en est bien une – est un nouveau signal d’alerte !

Maintenant, tu as un choix devant toi, mais c’est ta dernière chance, et au-delà de ta personne, c’est la dernière chance pour la France Insoumise.

1/ L’option potentiellement (probablement) gagnante. Quelques pistes…

1.1- Tu reprends les habits que tu portais l’an dernier au printemps…

Tu te remets à parler à tous les Français et donc tu cesses de tendre la main, de faire des sourires et des cajoleries, ou encore de dresser des couronnes de lauriers, aux débris du PS [qui ont attendu le moment le plus ultime pour le quitter et qui, loin de rejoindre la FI, ont créé une autre structure destinée à la concurrencer], et des mouvements de la gauche institutionnelle…

1.2- Tu cesses de détourner le regard du fait que la France insoumise est de plus en plus infiltrée, en certains endroits, par les adeptes du PIR et de son monde.

1.3- Tu reparles avec vigueur et détermination du combat contre l’UE à travers ce qui devait être le Plan B (à savoir la sortie de l’UE par référendum populaire) venant quelques mois après la mise en oeuvre du Plan A (qui se voulait un plan de guerre contre elle), alors que ces derniers mois toi-même n’a eu de cesse de rabougrir cette stratégie en deux temps en parlant d’un plan A limité à des négociations (où sont donc les mesures économiques, fiscales, monétaires, diplomatiques qui devaient être mises en oeuvre tout de suite après l’accession au pouvoir ?) et d’un plan B qui ne serait que la mise en oeuvre d’un plan A ayant échoué… On n’est pas loin du foutage de gueule avec ce nouveau discours. Et même ton ami François Cocq a eu l’occasion de s’en plaindre…

1.4- Tu recommences à développer les nombreux points importants de l’AEC – et pas seulement les deux ou trois mêmes mesures que tu rabâches de meeting en meeting – et tu prends un peu plus de temps, justement au cours de tes meetings mais aussi dans toutes tes interventions publiques comme dans tes billets de blog ou tes vidéos de la semaine, pour expliquer comment tu feras concrètement plutôt que de partir dans des exercices théâtraux où il semble que le comédien prenne le pas sur le chef d’État que tu aspires à être…

1.5- Tu te replaces dans la position de l’Homme d’État visant à être le recours et tu abandonnes définitivement celle du chef de famille…

1.6- Tu changes la stratégie pour l’élection européenne. Tu abandonnes l’idée de faire élire quelques députés qui ne serviront à rien parce qu’ils ne pourront rien, et tu prends le flambeau du combat pour le boycott de cette élection en te fixant l’objectif ambitieux mais atteignable de faire s’abstenir 80% des électeurs ou davantage encore, ceci pour délégitimer à la face du monde cette immonde prison des peuples européens qu’est l’UE.

2/ L’option perdante à coup sûr

2.1- Tu maintiens la ligne actuelle d’union des gauches, sinon dans le discours du moins en pratique…

2.2- Tu continues à tisser des liens – ou à laisser tes ami-e-s et les candidat-e-s de la FI tisser des liens – avec la galaxie indigéniste…

2.3- Tu te tais sur les attaques permanentes et d’ampleur croissante contre la laïcité auxquelles on assiste…

2.4- Tu ne déroules pas le projet L’AEC dans son entier mais tu en restes à quelques mesures phares, en répétant sans cesse les mêmes choses dans les mêmes termes, alors qu’il y a tant d’autres points capitaux dans le projet…

2.5- Tu continues à rester modéré sur les propositions économiques et sociales en tenant toujours à distance de toi un Frédéric Lordon et un Bernard Friot considérant que ces deux-là sont excessifs et par trop révolutionnaires…

Alors, toi comme la FI, disparaîtrez sous peu.

Ce n’est pas moi qui te le dis. C’est le peuple qui s’est exprimé hier en Essonne, après que le peuple ait déjà fait passer les mêmes messages aux législatives partielles précédentes…

Si les candidats de la FI, si les discours de la FI, si la stratégie de la FI enthousiasmaient les Français, alors les candidats auraient été l’objet d’une vague massive de soutien, en ces temps où Macron est au plus bas dans l’opinion.

Il y a de multiples raisons à ces échecs successifs et si tu as commencé à y réfléchir, il ne faut évacuer aucune de ces raisons… Or, je doute que ton entourage t’incline à voir toute la réalité telle qu’elle est, dans son caractère crû…

Jean-Luc, celui qui te parle n’est pas un ennemi. J’ai été dix ans durant dans ton sillage, loin dans le sillage, en fin de nuage, puisque je ne suis et n’ai jamais été qu’un ordinaire, quand bien même j’ai eu l’immense fierté de représenter mes camarades un temps comme cosecrétaire du comité de Nice du PG, puis comme délégué au CN pour la Loire-Atlantique. Six ans au PG (de 2009 à 2015) puis deux ans à la FI. Je suis des vôtres. Je suis un de tes vrais amis. Même s’il m’arrive de ruer dans les brancards. Oui, je suis une de ces fortes têtes pour lesquelles parfois tu t’enorgueillissais de marcher devant, et parfois qui t’exaspéraient. Et je suis, depuis bien avant la fondation de la FI, un INSOUMIS, comme beaucoup de membres de la FI d’ailleurs. Et être insoumis, c’est aussi l’être à l’égard des siens quand ils font fausse route. Tu parles parfois de discipline mais cela ne peut être entendu par nous. Nous ne sommes pas les soldats d’une armée et tu n’es pas notre chef ou notre maître, seulement celui que l’on a choisi pour nous représenter au sommet. Nous ne pouvons te contraindre mais ne compte pas sur nous pour obéir à ce que nous refusons. Mais si l’on ne peut te contraindre, tu serais bien inspiré, me semble-t-il, d’entendre quand même ce que « les gens » (comme tu le dis) ont à dire. Y compris si ça ne colle pas avec les conseils de tes proches ou avec tes propres avis du moment. Car un représentant a l’obligation, par essence, de représenter. Alors certes on ne peut pas représenter tout le monde si l’on veut conserver une cohérence de discours et de stratégie. Il faut faire des choix et les assumer.

Hélas, les choix que tu avais faits avant le premier tour étaient les bons alors que ceux que tu as initiés après sont calamiteux pour certains d’entre eux.

Nous sommes légion à le déplorer, anonymes ou connus. Tu dois l’entendre…

Tu nous as dit plusieurs fois : si vous n’êtes pas d’accord, au revoir. Mais vois-tu, nous sommes têtus, obstinés, persévérants, patients malgré nos colères et nos impatiences…

Nous aurions pu cent fois déjà te chasser de notre esprit et t’évacuer du dispositif de conquête du pouvoir que nous avons à l’esprit. Or, nous sommes convaincus que tu pourrais faire tellement plus, tellement mieux, que nous nous refusons à t’abandonner.

Je ne vais pas tourner autour du pot. Personne n’a à te dicter ce que tu as à faire et encore moins à te dire qui doivent être tes plus proches amis, tes compagnons de route et de combat.

Mais vois-tu Jean-Luc, un Djordje Kuzmanovic, une Charlotte Girard, une Corinne Morel Darleux, pour ne citer que ces trois noms connus (et malgré les différences, voire les divergences qui peuvent exister entre ces trois personnalités) te seraient bien plus utiles et NOUS seraient bien plus utiles à tous pour l’emporter demain qu’un Manuel Bompard, un Eric Coquerel, une Clémentine Autain, une Danielle Obono, un Emmanuel Maurel et une Marie-Noëlle Lienemann…

Je n’insiste pas. Tu feras bien ce que tu voudras mais tiens-compte des messages que le peuple a envoyés à l’occasion de toutes ces législatives anticipées perdues par la FI, en particulier celle d’hier en Essonne.

Alors qu’une foule d’insoumis donnent, depuis hier soir, le sentiment d’un enfermement tragique, s’en prenant à la terre entière et surtout pas à eux-mêmes, refusant de voir la moindre erreur de casting ou de choix stratégique dans ce qui a été décidé par la FI, toi au moins, puisses-tu avoir la sagesse, grâce à ta longue expérience, pour sentir ce qui se joue là, en ces moments historiques où la France peut être sur le point de basculer dans l’insurrection ouverte.

Jean-Luc, beaucoup de Français ordinaires engagés avec toi depuis des années, se sont mis en retrait depuis des mois. Certains sont tellement écoeurés et en colère qu’ils ne reviendront pas. Mais ce n’est pas le cas de tous. Tu peux les reconquérir.

Et dis-toi bien que ces citoyens ordinaires qui s’étaient engagés avec toi, au PG ou à la FI, ne sont que des indicateurs des opinions des Français ordinaires qu’hélas tu ne vois plus, qu’hélas tu ne rencontres plus. Tu es comme dans une bulle avec tes amis qui font écran entre nous et toi. Il y a un danger majeur que tu te retrouves coupé des Français ordinaires. Ne te contentes pas d’écouter tes « amis »‘ qui te parlent de la France et des Français. Ne te contente pas de rencontrer les grands, les chefs, les représentants déclarés. Va aussi à la rencontre des ordinaires. Cela te fera le plus grand bien. Sors un peu de l’Assemblée et des conciliabules avec ton premier cercle, ou avec Maurel et ses amis. Et ne fais pas cela seulement à Marseille car si tu en es le député, tu es, par définition, député de la nation toute entière et pas seulement de la cité phocéenne.

Tu es à la croisée des chemins. Si tu prends la bonne route, alors tu feras encore oeuvre utile pour la France et pour son peuple.

Si tu refuses d’entendre autre chose que les conseils de certains de ceux qui t’entourent et qui te tirent vers le bas, voire vers la sortie, peut-être sans que tu ne t’en rendes compte, eh bien tu seras éjecté des heures historiques qui s’annoncent.

Tu as le pouvoir de redorer l’image de la FI, image hélas de plus en plus abîmée malgré l’immense travail accompli par tous, et dans ce « tous » je n’oublie pas les députés.

Mais il est des moments dans l’Histoire où il faut faire des choix et s’y tenir et certains choix démultiplient nos forces et ont ceci de magique qu’ils rassemblent toujours davantage tandis que d’autres, à l’inverse, rabougrissent les forces collectives et divisent les combattants, ce qui ne peut que conduire à l’éparpillement des forces et donc au désastre.

A toi de voir ce que tu veux faire des mois à venir, sans doute HISTORIQUES pour notre pays et peut-être même très au-delà, et des années d’engagement qui sont encore devant toi…

Une réflexion sur « Supplique à Jean-Luc Mélenchon (après la nouvelle défaite de la France Insoumise à la législative partielle en Essonne) »

  1. « Si les candidats de la FI, si les discours de la FI, si la stratégie de la FI enthousiasmaient les Français, alors les candidats auraient été l’objet d’une vague massive de soutien, en ces temps où Macron est au plus bas dans l’opinion. »

    C’est exactement ce que je me disais aussi, suite aux résultats de l’élection à Evry : 80% d’abstention !!!

    « … le flambeau du combat pour le boycott de cette élection en te fixant l’objectif ambitieux mais atteignable de faire s’abstenir 80% des électeurs ou davantage encore, ceci pour délégitimer à la face du monde cette immonde prison des peuples européens qu’est l’UE. »

    Amen à ça ! On ne saurait pas mieux dire… En route alors pour les 80% d’abstention aux élections européennes ! Faisons aussi bien qu’à Evry, voire mieux ! Délégitimons l’UE !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.