[Billet invité] Billet d’humeur de Noël – Par Baloo Kâa – 06/12/2019

Gréver c'est rêver grave

*

Source de cet article : compte Facebook de Baloo Kâa. Cliquez ici.

*

UN MILLION DE PERSONNES OU PLUS DANS LES RUES. CE N’EST QU’UN DÉBUT.

Tant que tous les Français qui se plaignent de la dureté de la vie actuelle n’auront pas compris que tous les gouvernants de ces trente dernières années ont été ou sont encore de plus en plus nuisibles pour la plus grande majorité de la population, rien ne changera vraiment.

Cette colère qui gronde – depuis maintenant plus d’un an – et que la caste dominante pensait avoir canalisée avec quelques mesurettes, repart de plus belle avec comme objectif d’obtenir le retrait dune réforme des retraites qui appauvrira encore plus la plupart des Français, sauf, évidemment, les plus aisés qui auront toujours le loisir de se préparer une retraite par capitalisation.

La mobilisation du 5 décembre sur tout le territoire, ajoutée au soutien populaire de nombreux non-grévistes, a mis en lumière que la colère et le ras le bol ont atteint leur paroxysme.

Cette démonstration de force, même si elle a été réussie, doit seulement être le point de départ d’une reconquête des acquis perdus ces dernières années, et pas une fin en soi.

Cette journée du 5 décembre est la première vraie bataille de masse réussie durant ce quinquennat et elle doit faire plier la macronie, symbole décomplexé des ultras-libéraux de ce pays qui voient la casse du système de retraite par répartition comme le Graal à obtenir par tous les moyens depuis presque vingt ans.

Nous sommes forts quand nous sommes unis et ce n’est pas quelques robocops miliciens qui vont pouvoir empêcher les grèves et les blocages si ce mouvement de grève générale se durcit.

Il faut croire en nous et en notre capacité à être beaucoup plus puissants qu’une petite poignée d’énarques en costards se prenant pour des maîtres à penser face à la plèbe qui ne comprend jamais rien quand on lui explique qu’elle doit se soumettre et même se sacrifier pour que les premiers de cordée daignent faire ruisseler un hypothétique remerciement.

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin quand on les aura fait plier ? (parce qu’on va les faire plier)

L’idéal, ça serait de reconquérir tous les droits qu’ils nous ont volé depuis l’ère Sarkozy.

Le véritable objectif, ça serait de permettre aux personnels hospitaliers de travailler correctement, en redéfinissant l’humain comme priorité, aussi bien pour les soignants que pour les malades.

Idem pour les enseignants, pour les pompiers, pour les salariés et les indépendants de toutes professions.

L’HUMAIN D’ABORD, L’HUMAIN AVANT TOUT

L’humain avant le fric, avant les dividendes reversés aux actionnaires.

Tout est une question de volonté politique et ce n’est pas avec ces marcheurs zombies de la macronie, pour qui le libéralisme est la panacée, que l’humain aura une chance de s’en sortir, à moins qu’il ait un compte en banque blindé.

Je propose que l’on arrête les promesses sans aucun sens du style : « on va chercher Macron à l’Elysée », pour se concentrer sur l’essentiel, sur ce qui leur fait vraiment peur, c’est à dire le vrai blocage du pays et de l’économie, pendant quelques jours pour commencer, et s’ils ne comprennent pas, surtout ne rien lâcher. Bien au contraire, amplifier le blocage.

À ceux qui me diraient : « Et comment on bouffe ? », je pourrais répondre d’aller par dizaines, par centaines, se servir gratuitement dans les grandes surfaces de distribution qui les plument depuis des années.

Ça ressemble à l’anarchie ?

Bah ouais, en attendant mieux.

Vous proposez quoi autrement ? La passivité ? Le statu quo ?

Le libéralisme se délecte de la passivité du citoyen et impose, pendant ce temps-là, son idéologie mortifère qui crée la pauvreté, la misère, le désespoir, surtout chez les plus défavorisés.

Ce désespoir qui pousse un étudiant à s’immoler car il n’a même pas les moyens de manger, de se loger.

Ce désespoir qui pousse des agriculteurs, des postiers, des profs, des soignants, des chômeurs, à se foutre en l’air car la société libérale actuelle les a laminés, écrasés.

Ce désespoir qui pousse au suicide mais aussi à la résignation face aux plus puissants qui expliquent, avec une communication apprise, par cœur dans les écoles de management, qu’il n’y a pas d’autre solution que celle qu’ils proposent.

Dormez citoyens, l’oligarchie veille et s’occupe de tout pour que la nouvelle forme d’esclavage vous paraisse acceptable.

Et si, malgré tout, vous avez encore des réminiscences contestataires, Jupiter viendra squatter les médias pour vous expliquer la vie car il a une grande expérience de la souffrance humaine, de la pénibilité au travail, des fins de mois difficiles, des débuts de mois difficiles.

Eh oui, il a toutes les solutions, Manu, mais seulement en théorie, parce que dans la vraie vie, il est plutôt en situation d’échec, le fanfaron…

Les plus de cinquante ans galèrent toujours à garder – ou à trouver – un boulot.

Le chômage des jeunes dans les zones dites sensibles reste toujours catastrophique.

L’égalité salariale homme-femme, c’est toujours pour demain ou pour plus tard.

J’arrête là, autrement j’en aurais pour un bail à détailler l’escroquerie de ce bonimenteur suffisant et arrogant qui aime tant faire la leçon à tout le monde.

Et si pour une fois, c’était nous qui lui donnions une bonne leçon en lui rappelant que face à un peuple en colère et déterminé, il n’est rien ou si peu, malgré son statut de Président.

Grève générale

Une réflexion sur « [Billet invité] Billet d’humeur de Noël – Par Baloo Kâa – 06/12/2019 »

  1. « L’idéal, ça serait de reconquérir tous les droits qu’ils nous ont volé depuis l’ère Sarkozy. »

    Depuis Sarkozy ? Mais non, ça fait un peu court… il faut remonter plus loin dans le temps, bien plus loin !

    Depuis 1983 et le tournant de la rigueur – le premier nom pour l’austérité, le nom qui a été donné à ce qui était un plan d’ajustement structurel, tel que ceux servis par le FMI. Mais c’était vrai qu’à l’époque, « plan d’ajustement structurel », c’était bon que pour les pays du Tiers-Monde.

    On pourrait aussi y rajouter l’abrogation de toutes les lois néolibérales et à commencer par sans doute la plus ancienne : celle du 3 Janvier 1973, qui a obligé depuis la France à emprunter sur les marchés financiers. Ce qui a entraîné la spirale de la dette. Loi dite Pompidou-Giscard-Rothschild.

    Mais je crois que dans tout le lot, LA mesure qui permettrait à toutes les autres de pouvoir se faire, c’est quand même de faire sécession hors de l’UE. On sort de ce carcan, on abandonne l’euro, on retrouve du coup notre souveraineté et nos marges de manoeuvre budgétaires et monétaires. Rien que ça ! Préalable indispensable même si pas suffisant pour la suite : sortir de la longue nuit néolibérale, mondialisatrice et capitaliste.

    Comme quoi, on tire sur le fil de la pelote et tout vient à la suite : l’on part d’un détail et l’on finit par l’origine de tous nos problèmes !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.