[Billet invité] Au bout du chemin, voilà les cigales ! – Par Baloo Kâa – le 04/01/2020

Le chant de la cigale 2 - YouTube

L’homme qui se pose un matin devant sa glace,
Se regarde longuement en esquissant une grimace.
Depuis un moment, il s’est aperçu que cette vie l’étouffe,
Qu’il ne supporte plus ces parasites qui ne vivent que dans l’esbroufe.
Lui qui se considère humaniste, n’est en fait qu’un pauvre utopiste
Qui se sent usé, de toujours devoir lutter contre ces nouveaux autistes,
Ces esprits sourds aux problèmes humains qui, isolés dans leur monde,
Ne pensent qu’à servir leurs puissants maîtres immondes.

Le ciel gris ne donne pas envie de mettre son nez dehors
Et comme d’habitude, les nouvelles sont encore accablantes.
Les journaleux de mauvais augure qui apportent la tourmente
Ressemblent, dans leurs costumes sombres, à des vrais croque mort,
Prêts à surgir sur les écrans ou sur les ondes pour faire l’opinion
Et annoncer, ici un massacre, là-bas un crash d’avion,
Ou encore, un banal règlement de compte entre dealers.
Au final, il se sent presque soulagé d’avoir évité les prédateurs.

Il ne comprend pas pourquoi ce monde est de plus en plus violent.
L’agressivité est devenue la norme, les incivilités se sont banalisé.
Les gens ont oublié les valeurs essentielles dans cette société sclérosée
Mais pourtant, il continue malgré tout à saluer ses voisins,
Même ceux qui ne lui répondent plus depuis longtemps.
Et quand il sourit aussi aux inconnus qui croisent son chemin,
Certains le prennent pour un demeuré, d’autres l’ignorent,
Qu’importe, il ne se soucie pas d’eux, ils font juste partie du décor.

Ceux qui le connaissent un peu, savent bien que ces sourires de façade
e changent rien au fait, qu’il est avant tout, un vieil ours solitaire.
Des curieux, intrigués par ce personnage toujours silencieux
S’aventurent quelques fois et osent un contact audacieux.
S’il interprète cette approche comme une embuscade,
Il repousse gentiment tous ceux qui l’exaspèrent.
Par contre, s’il ressent en eux du respect et de la sincérité,
Il peut vite devenir bavard et révéler parfois un côté survolté.

S’il semble si peu avenant le bougre, c’est juste le résultat de la trahison
D’amis infidèles qui ont joué avec lui et assombri son horizon.
Mais tous ces moments de déception, ces montagnes russes d’émotion,
Il arrive maintenant à en parler au détour de certaines discussions
Comme si tout ce qu’il a vécu n’était finalement pas si grave.
Aujourd’hui, Il semble serein, il s’est reconstruit une nouvelle vie
Et il rêve encore de réaliser tous ses désirs inassouvis
Qu’il avait mis de côté pour bosser dur, jusqu’à se rendre esclave.

Son avenir se dessine dans un paysage de lavande et d’oliviers.
Il n’est pas exigeant, il veut juste être près de la mer et des palmiers,
Avoir sa femme à ses côtés et profiter avec elle de la vie provençale
Qu’ils quittent à regret après chacune de leurs escapades estivales.
Devant sa glace, la grimace s’efface et laisse la place à un sourire.
Il voit déjà ce petit paradis, où tranquillement il pourra vivre et écrire,
Doucement, il s’imprègne du sud et entend presque le chant des cigales.
Il sait maintenant qu’il en faut peu pour que le plaisir soit total.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.