Les prochains scrutins électoraux nous sauveront-ils ? Tout dépend du contexte dans lequel ils se tiendront…

L'urne tapette

Je vous propose ici quelques réflexions de mon crû mais inspirées en partie par des ami-e-s, par l’Histoire et par la vie que nous vivons…

*

Il y a encore une masse considérable de gens pleins d’espoir en l’arrivée de nouvelles séquences électorales…

Ils disent qu’ils vont se servir de leur bulletin de vote pour se venger de Macron dès le prochain scrutin municipal et en attendant les suivants qui vont se succéder.

Ils se disent que le p’tit mac’ va enfin payer sa dette… Comme si Jupiter-fait-homme se souciait de ne plus être soutenu par le peuple.

S’est-il soucié au soir de son « élection » d’avoir été « élu » par une toute petite minorité dans les conditions que l’on sait ?

S’est-il inquiété d’avoir été porté à la présidence de la République suite à des mois de propagande intense et alors que le jour du 1er tour, des centaines de milliers d’infractions graves ont été constatées et rapportées, au point de remettre en cause le classement établi des quatre candidats principaux ?

S’est-il, le moins du monde, embarrassé d’avoir agi, depuis son avènement, contre la volonté de plus des deux tiers des Français ?

S’est-il privé d’insulter à loisir et copieusement encore et encore les Français qu’il était sensé servir ?

A-t-il hésité une seule seconde à transformer notre République démocratique inachevée en un régime d’État policier violent et, par certains traits, ouvertement dictatorial ?

Se prive-t-il d’instrumentaliser la police et la justice en plus de la presse ?

Fait-il preuve de timidité lorsqu’il s’agit de prendre chaque jour de nouvelles dispositions pour priver les Français de leurs droits les plus élémentaires, pour accentuer chaque jour le côté sombre du régime, et pour garantir à l’immense majorité des Français qu’ils ne récupéreront pas ce qu’ils avaient hier et avant-hier et que ceux qui ont encore quelque chose vont le perdre prochainement ?

Manifeste-t-il la moindre faiblesse lorsqu’il s’agit d’adopter des lois et des réglementations scélérates renforçant encore la puissance du pouvoir en place et supprimant, les unes après les autres, les libertés, les garanties, les « sûretés » au sens constitutionnel du terme ?

A-t-il jamais évité les provocations les plus outrancières (avec, pour ne citer que les plus récentes expériences, les promotions du 1er janvier à la Légion d’honneur de qui on sait, la « privatisation » du palais de l’Élysée il y a quelques temps et dans quelques jours la réunion des grands patrons dans un cadre somptueusement royal au Château de Versailles) ?

Alors une masse de gens se disent que de toute façon, ça ne pourra plus être pire… C’est à croire qu’ils n’apprennent jamais rien de leur histoire et de leur propre expérience ! La propension à la naïveté et la capacité à espérer en dépit de toute raison ne sont-elles jamais ralenties ou stoppées par la réalité des faits ?

Donc les uns voteront pour les candidat(e)s du RN, parce que, nous disent-ils, il faut bien essayer les seuls qu’on n’a jamais essayé… Ont-ils oublié ou ignorent-ils les expériences locales du FN puis du RN ou de mouvements d’extrême-droite que l’on peut assimiler au FN/RN ?

D’autres opteront pour celles et ceux de la FI. Et oui, il y en a encore pour y croire malgré tout ce qu’on a vu et tout ce qu’on sait… Oui c’est désespérant ! Mais on sait bien que lorsqu’on refuse de voir et d’entendre – ou de comprendre – eh bien on ne voit pas, on n’entend pas et on ne comprend pas !

Et puis ce qui reste du PC, du PS, de la droite dite des « Républicains » récupéreront des miettes de suffrages ici ou là.

Je n’oublie pas les « verts » d’EELV… bien plus « bleus » que « verts » d’ailleurs. Car un « écologiste » adepte du capitalisme est un escroc, un imposteur ou bien un idiot. Capitalisme et écologie sont deux termes antinomiques. Je crois que c’est clair à tous aujourd’hui ! Eh bien pas aux écologistes d’EELV…

Pour parfaire le tableau, ce sera sans doute le tour de chauffe de quelques petits nouveaux sur la scène politique ; une nouvelle tentative de percer pour d’autres plus anciens mais qui jamais ne sortent du « rase-mottes » ; le jeu de quelques « alternatifs » divers et variés, qu’ils soient sincères ou nouveaux imposteurs, prenant le relais de leurs pères ; tout ceci pour amuser la galerie sans jamais menacer l’ordre établi mais en le renforçant même par la légitimité qu’ils lui accorderont en donnant à tous l’image d’un pays où le multipartisme existe. Alors même que cette apparente diversité dissimule une solide unicité. Mais il faut avouer que cette unicité-là prend l’eau de toutes parts. L’effondrement est proche, sans nul doute ! Reste à savoir ce qui adviendra une fois que le barrage aura cédé…

Oui, je doute que l’avenir électoral soit fait de jours heureux…

À moins que les listes « citoyennes » qui vont se multiplier un peu partout ne créent une véritable surprise ! Je crains fort que l’on en soit loin. Et tant mieux si la réalité de mars devait me contredire !

Mais personne ne fera la révolution municipale et intercommunale tant que le pouvoir central ne s’est pas effondré et que le peuple souverain n’en a pas repris le contrôle car nos collectivités locales ne sont pas des États fédérés. Leur pouvoir ne tient que dans la loi qui était faite hier et avant-hier par les godillots, qui est faite aujourd’hui par les playmobil de LREM, tous aux ordres du p’tit mac’ prétendument jupitérien et de son actuel Premier Larbin qui semble si mal en point que sa barbe se réduit comme peau de chagrin chaque jour qui passe… Et si d’aventure, les collectivités locales s’émancipaient trop de la tutelle de l’État, eh bien cet État ne manquerait pas de refaire la loi pour leur faire rendre gorge !

Voilà mon sentiment sur le principe même de l’élection en régime ultra-capitaliste et dans un État devenu policier, avec un gouvernement des riches, par les riches, et pour les riches… Je ne suis pas loin de considérer désormais que participer à cette pantomime électorale devenue tragique farce, c’est refuser que les choses changent vraiment. Je crains fort d’être encore moins enclin à le comprendre et à l’accepter que pour le vote « barrage » du second tour de l’élection présidentielle de 2017… On aura les mêmes arguments venus des mêmes personnes, et pourquoi pas pour bloquer cette fois-ci celui qu’on avait fait Roi hier pour éviter l’Autre… Dans un jeu aussi bien rodé que le corral électoral français des années 2000 et suivantes, tout est possible, notamment que les « castors » pro-Macron et anti-Le Pen de 2017 n’inversent cette fois leur tactique pour devenir de fait anti-Macron et donc pro-Le Pen, en se bouchant le nez et en fermant les yeux bien sûr…

Mais tout est possible dans ce pays : le pire, comme le meilleur. Alors, puisqu’on est toujours en janvier et que la tradition veut que l’on puisse s’adresser de bons vœux jusqu’au 31 de ce mois, eh bien je vais NOUS souhaiter collectivement que l’on change le jeu, que l’on sorte du cadre – et même qu’on l’explose ce putain de cadre ! Je vais nous souhaiter que l’on s’élève collectivement à la hauteur de l’année historique qui s’est ouverte civilement il y a dix-sept jours.

Une de mes amies les plus chères, qui se reconnaîtra aisément, pense, comme moi, et depuis au moins trois ans désormais, qu’une « victoire » électorale ne vaut rien et n’a aucun avenir si elle ne reflète pas une victoire « dans la rue » qui l’a précédé. Si la séquence électorale succède à la victoire du peuple qui a chassé ses tyrans et mis à bas tout leur système, alors, en effet, le temps électoral consacrera – si j’ose dire – la victoire du combat mené dans la rue. Mais tant que l’élection ne sert qu’à faire succéder de nouveaux dirigeants aux précédents, dans le même système politique, avec le même État devenu policier, avec un gouvernement totalement sous emprise non seulement des puissances financières mais aussi de l’Union européenne, RIEN NE SERA POSSIBLE, SINON LA CAPITULATION SANS CONDITIONS DU PEUPLE COMME L’A VÉCU LA GRÈCE gouvernée alors par Alexis Tsipras. Et ne doutez pas une seule seconde que si l’on capitulait ainsi, les dominants se vengeraient avec une violence et une cruauté sans pareille. Ce fut toujours le cas lorsque le peuple leur fit vraiment peur et en resta là, quand il ne confirma pas l’essai, pour user d’une image… Rappelez-vous juin 1848 après février… Et surtout, rappelez-vous la Commune et la Semaine sanglante !

Non, définitivement, je ne prendrai pas part à ce suffrage municipal ni à aucun autre, aussi longtemps que le système global n’aura pas été mis à terre en France.

Après ces mots, ces phrases et ces paragraphes, j’achève mon propos par quelques visuels qui en disent long…

Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.

Une réflexion sur « Les prochains scrutins électoraux nous sauveront-ils ? Tout dépend du contexte dans lequel ils se tiendront… »

  1. Les images n’apparaissent pas… dommage.

    Revenons au texte : je suis dans le même sentiment. A 100% !
    Tu as mis en mots ce que je pense depuis longtemps déjà pour les élections européennes que je boycotte depuis des lustres. Mais aussi pour les élections présidentielles qui ne sont qu’un cirque, une mascarade, une escroquerie électorale.

    Quand un processus est inadapté, inefficace, pipé ou carrément frauduleux, il convient de ne pas le cautionner. Non seulement je ne vais pas aller voter en 2022, mais je vais faire campagne pour inciter mes concitoyens à la BOYCOTTER !

    D’autres peuples l’ont fait et l’on voit alors le degré de délégitimation de l’heureux « élu » ! Certes, le system est ainsi fait que quelqu’un sera élu, mais alors, combien mal élu il sera !

    Et pour les municipales qui arrivent, je vois aussi se profiler dans ma ville le cirque que c’est : la liste « de gauche » (pour ce que ça peut vouloir dire…) fait tirer au sort sa liste, sauf pour les 9 premiers, les têtes d’affiches des divers partis qui soutiennent cette liste ! Non mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! Le tirage au sort, c’est tout le monde ou personne. Là on sent bien la récupération du concept sans se l’appliquer réellement. J’appelle ça une hypocrisie.

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, que des élections, tenues dans un cadre donné, ne pourront donner que des élus en accord avec ce cadre. Que ce cadre soit celui d’une intercommunalité/métropole, ou l’UE, le pire de tous les cadres, car il conditionne tous les autres.

    Il n’y a que 2 façons de prendre le pouvoir : les urnes ou l’insurrection.
    Comme les urnes ne sont manifestement pas efficaces pour exploser le cadre et nous permettre de récupérer notre pays, alors il reste l’autre, l’insurrection. Au vu de ce qu’il se passe dans notre pays, on s’y achemine lentement mais surement.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.