[Billet invité] Macron, l’ivresse des cimes et les «discours coupables» – Par Anne-Sophie Chazaud – 24/01/2020

Visuel illustrant l'article d'Anne-Sophie Chazaud - L'ivresse des cimes et les discours coupables


Voici que, comme le souverain pontife qui se met fréquemment à raconter n’importe quoi sitôt qu’il est en avion, saisi par quelque ivresse des cimes, le président de notre Presipauté, s’en revenant d’être allé imiter Chirac à Jérusalem, fut saisi du même mal.

Celui, déjà, de cette mode des fausses confidences des hommes politiques où l’on feint d’être naturel et où tout est calculé.

Celui, ensuite, de proférer un nombre important de paroles éminemment contestables voire parfaitement stupides, et d’autres carrément graves.

Je passe sur l’habituel couplet d’autoflagellation comparant grosso modo la Shoah et la guerre d’Algérie : que ne ferait-on pour glaner quelques voix communautaristes…

La ficelle, même bien enrobée à la pseudo sauce Ricoeur, ne tient pas la route et cette compétition mémorielle n’est pas une nouveauté dans le kougloff intellectuel qui tient lieu de pensée au macronisme. En revanche, des paroles particulièrement hallucinantes ont été tenues, au sujet de la fronde sociale, dont la nuit passée a offert un si beau visage, avec ses multiples marches aux flambeaux, dignes, joyeuses, chaleureuses, sans violences (et c’est bien sans doute cela qui dérange le plus le pouvoir).
En effet, Emmanuel Macron a affirmé qu’en opposition politique démocratique, on avait « l’interdiction de la haine ».

Hier, dans mon article chez Atlantico, je mettais en garde contre le fait que le vrai but avéré de la redoutable loi Avia était, au delà de favoriser le minoritarisme militant, de museler, à terme, l’opposition sociale et politique que l’on assimilerait promptement à de la «haine» que l’on criminaliserait peu à peu, en soi, en tant que sentiment coupable.

Il n’aura pas fallu attendre un jour pour obtenir la confirmation du bien fondé de cette analyse.
Emmanuel Macron évidemment se trompe, à dessein, puisqu’il s’agit là de mettre en place une rhétorique et un processus profondément anti-démocratique : en démocratie, comme n’importe où, on a parfaitement le droit d’avoir la haine, de haïr un homme politique, un légume vert, une chanson, une odeur, une saison, un sport, un style vestimentaire et même une religion qui nous sortirait par les trous de nez. La haine est un sentiment, une opinion, et elle est particulièrement répandue voire indispensable dialectiquement et précisément en politique, et particulièrement quand on a affaire à un pouvoir sourd et aveugle qui avance tel un Panzer en mode Blitzkrieg.

Emmanuel Macron s’en est pris à ceux qui tiennent des « discours politiques extraordinairement coupables ». Coupables, le mot est lâché.

Tout dans cette phrase est grave : criminalisation de la pensée, criminalisation de la liberté d’expression, criminalisation de l’opposition politique.

Et s’il se trouve de nombreuses personnes qui considèrent que, certes, nous ne sommes pas encore en dictature mais plus tout à fait en démocratie, il va bien falloir finir par les entendre et les écouter sauf à mettre plus de la moitié du pays à la Bastille avec un œil en moins.

« Essayez la dictature et vous verrez!», lance-t-il du haut de sa petite quarantaine inexpérimentée en mode «qu’ils viennent me chercher ! ». Eh bien, nous lui répondrions bien volontiers : « Essayez la démocratie, et vous verrez, c’est pas mal non plus !  ».

Nous le réaffirmons avec force : ce pouvoir est éminemment liberticide et tous les ferments d’un contrôle autoritaire de l’opinion publique sont en place pour la reconduction aux manettes. Ils seront, pour cela, prêts à tout.

Le chant des partisans était chanté partout en France cette nuit. Sera-t-il bientôt interdit au titre des paroles de haine ?

*

On peut retrouver l’original sur la page d’Anne-Sophie Chazaud en cliquant ici.

Le visuel est celui choisi par Anne-Sophie Chazaud pour illustrer son billet.

Une réflexion sur « [Billet invité] Macron, l’ivresse des cimes et les «discours coupables» – Par Anne-Sophie Chazaud – 24/01/2020 »

  1. La haine de classe de l’oligarchie envers nous autres, doit-elle être aussi interdite ?

    Car lorsque Macron parle de « foules haineuses », c’est lui qui fait preuve de haine envers nous autres (les GJ à l’époque). Il doit donc se taire.

    S’il ne peut pas ou ne veut pas se taire – parce qu’il aurait, lui, la liberté de pouvoir dire les choses, et pas nous – alors nous devons nous aussi pouvoir jouir de la même liberté que lui.

    La haine n’est pas une idée politique. C’est un sentiment, comme l’amour. Qui interdit de parler d’amour ? On lutte contre la haine en lui opposant une force plus puissante, l’amour.

    Alors qu’une idée politique se combat par une autre idée politique. Point. Si Macron et sa clique ne peuvent pas le comprendre, alors nous n’avons plus grand chose à faire pour eux, ce sont des cas désespérés à laisser dans cet autre sentiment, le désespoir.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.