Archives pour la catégorie 15- Mes billets d’humeur

Je suis pessimiste ces jours-ci…

Il peut y avoir pas mal de trucs qui me mettent en colère…

Dans la liste, et en bonne place, il y a les propos de tous ces connards qui doivent tout de leur carrière, de leur aisance financière, de leur notabilité, voire un jour ou l’autre de leur notoriété, à l’État justement. Cet État qui leur est si odieux qu’ils ne cessent de lui cracher à la gueule à longueur d’antenne ou de colonnes, que ce soit dans la presse grand public ou dans les revues « sérieuses » comme celles éditées par les organismes universitaires d’études sur l’administration ; cet État qu’ils ne cessent de dénoncer, de vilipender, de discréditer, de désorganiser, de dévaster, de rendre impuissant pour ensuite pouvoir confier à des firmes privées – et à coût sans cesse croissant – le soin de rendre des services d’intérêt général qui, jusque là, étaient rendus par l’État, avec efficacité le plus souvent et à moindre coût, voire en toute gratuité ; cet État qui, par ses écoles d’élite (il n’y a pas que l’ENA) les avaient formés et auraient dû leur inculquer la vocation de défendre cet État et ses services publics, de les maintenir efficaces, performants, disponibles, accessibles, et ce à moindre coût. C’est cet État que, directement ou indirectement, grossièrement ou avec un air tout à fait faux de finesse et de mesure, ils ne cessent de dézinguer, de démanteler, de déconstruire, méthodiquement, pierre après pierre, établissement après établissement, dans un plan d’ensemble qui n’est plus très loin de parvenir à son terme… Certains de nos anciens et historiques services publics ont ainsi été déjà tués il y a longtemps. De l’hôpital public et de la Sécu, il n’est pas loin de ne rester que des ruines. De l’école publique, il y a encore quelques traces mais plus pour longtemps. Quant à la fonction publique, s’il lui reste quelques années à vivre, du moins dans son périmètre actuel non réduit aux fonctions dites régaliennes, c’est bien un maximum. Et de toute façon, même le « régalien » peut se réduire comme peau de chagrin. Il y a bien une tendance lourde aux États-Unis à privatiser les armées et à constituer, à côté des « polices officielles » de vraies milices privées. Aussi bien dotées et armées que les forces de l’État, voire mieux encore !

Lire la suite Je suis pessimiste ces jours-ci…

La résistance passive ne suffit plus. Il nous faut prendre le maquis !

Trump en lutte contre un Coup d'État feutré - Le Blog de ...

« Ceux qui rendent impossibles les révolutions pacifiques font que les révolutions violentes seront inéluctables »

*

Cela fait deux ans et demi que p’tit mac’ nous mène la guerre. À la suite de ses trois prédécesseurs mais avec un effet de violence et de coercition dont l’intensité et le degré de cruauté ne cessent de s’amplifier.

La seule question maintenant qui se pose à nous, c’est que fait-on face à ça ?

Lire la suite La résistance passive ne suffit plus. Il nous faut prendre le maquis !

04/12/2019 – Le compte à rebours est déclenché…

Tic tac tic tac tic tac...

Il y a quelques temps, j’avais écrit, à l’instar de beaucoup d’autres (ami-e-s et personnalités), que ce qui est « génial » avec les adeptes du capitalisme intégriste, c’est leur hubris, je veux dire leur sentiment – à force de victoires accumulées contre nous – de pouvoir faire absolument tout ce qu’ils veulent ad vitam æternam, de pousser toujours plus loin leur délire et leur violence – institutionnelle, économique, sociale – et de croire finalement que jamais personne ne les arrêtera plus.

Lire la suite 04/12/2019 – Le compte à rebours est déclenché…

E. Macron – M. Le Pen – J.-L. Mélenchon : le paysage est bien cadré et le peuple bien sous contrôle !

Avant-propos : Je me suis tenu loin de toute politique et de toute actualité depuis des mois. Trop écoeuré de 25 années d’engagement perdues ! Certes, je n’avais pas l’outrecuidance ni le grand espoir que le paysage soit radicalement perturbé pendant ma mise au vert. Mais un peu tout de même, le désamour envers Macron et son monde gagnant chaque jour un peu plus de terrain… Or, j’ai la très nauséeuse impression que rien n’a changé d’un iota depuis des mois ! Vous dire que cela me désole serait bien court… Et exposer ainsi mes arguments n’aurait pas grand intérêt alors je vous propose quelques autres réflexions. D’aucuns, me connaissant un peu, diront que je me répète mais je préfère répéter ces choses-là que jouer les perroquets ou les chiens de garde de certains autres ! Et je ne vois même plus l’intérêt de jouer le jeu de l’opposition au “pouvoir” actuel. En tout cas, pas dans les formes “institutionnelles”…

Lire la suite E. Macron – M. Le Pen – J.-L. Mélenchon : le paysage est bien cadré et le peuple bien sous contrôle !

Qui sème la misère, récolte un jour la colère… Et maintenant que le peuple est dans la rue, il n’est pas prêt de rentrer à la maison !

300_2

Avec les Gilets Jaunes, la machine à baffes est en train de chauffer.

Non, pas de surchauffer. Que les dominants du moment ne se fassent aucune illusion. On a bien des ressources… Parce que nous sommes le nombre ! Parce que nous sommes la force ! Parce que rien ni personne ne peut anéantir la force d’un peuple et de l’humanité déterminée à reprendre son destin en mains, sinon une guerre nucléaire, bactériologique ou chimique, ou Dame Nature elle-même dans le grand effondrement !

Lire la suite Qui sème la misère, récolte un jour la colère… Et maintenant que le peuple est dans la rue, il n’est pas prêt de rentrer à la maison !

Après Macron…

Macron démission

MACRON doit partir !
C’est un fait !
Et ce AU PLUS VITE !
Pas seulement lui !
Lui et son monde doivent partir !
Ils doivent libérer les locaux qu’ils occupent et nous remettre les clés, à NOUS LE PEUPLE SOUVERAIN !
Mais ça ne suffira pas à nous renvoyer à la maison…

Lire la suite Après Macron…

Jean-Luc Mélenchon : de la splendeur à la décadence

Après avoir renié, sans assumer jamais de le dire ouvertement, sa presque victorieuse stratégie « populiste » de conquête du pouvoir…

Après avoir abandonné de fait, depuis dix-huit mois, une importante partie de son projet qui était encore plus le nôtre que le sien…

Lire la suite Jean-Luc Mélenchon : de la splendeur à la décadence